Articles

Ce que j’aime dans l’approche réseau, lorsqu’elle est bien faite, c’est qu’elle sollicite vraiment peu les autres. Cela peut paraître paradoxal, mais c’est un fait : si l’on demande peu de choses aux autres, on ne se sent pas mal avec la démarche, on ne risque pas d’être un boulet, et c’est de toute façon plus efficace.
Je ne compte plus le nombre de personnes qui, dans l’un de mes ateliers, me confesse être très gêné par le fait qu’ils ont laissé l’une de leurs connaissances les aider à approcher une société – vous savez le fameux « donne moi ton cv, je vais le faire passer » – et que maintenant ils:
Lire la suite