Articles

J’enseigne aux cadres que j’accompagne la pratique du réseau de façon pro-active (= accéder aux décideurs et influencer leurs choix de recrutement) et focalisée (= dans les entreprises et/ou secteurs qu’ils ont préalablement ciblés). Ils se prennent rapidement au jeu et pratiquent avec assiduité.

Comme cette activité avance souvent mieux que toutes les autres (en moyenne, et du fait du volume de travail qu’elle suppose), elle induit un certain enthousiasme. Et parfois des comportements très directs, trop frontaux. Faire l’économie de la subtilité ne nuit pas forcement au résultat, mais elle ne fait pas une bonne publicité à la pratique du réseau. Peu importe que vous soyez à l’aise à l’idée de prendre votre téléphone pour appeler quelqu’un que vous ne connaissez pas; ce qui compte c’est le confort de celui qui reçoit votre appel.

Lire la suite

Ce que j’aime dans l’approche réseau, lorsqu’elle est bien faite, c’est qu’elle sollicite vraiment peu les autres. Cela peut paraître paradoxal, mais c’est un fait : si l’on demande peu de choses aux autres, on ne se sent pas mal avec la démarche, on ne risque pas d’être un boulet, et c’est de toute façon plus efficace.
Je ne compte plus le nombre de personnes qui, dans l’un de mes ateliers, me confesse être très gêné par le fait qu’ils ont laissé l’une de leurs connaissances les aider à approcher une société – vous savez le fameux « donne moi ton cv, je vais le faire passer » – et que maintenant ils:
Lire la suite