reseaux_sociaux

Depuis le milieu des années 2000 les réseaux sociaux ont fait irruption dans notre vie. Je me contenterai de parler des réseaux sociaux professionnels, vous n’aurez donc pas ici mon avis à propos de Facebook… quoi que… j’ai trouvé le film de Fincher très éclairant. On peut être cool et avoir des millions d’amis sur internet et dans la « vraie vie » être plutôt un sale type: un gamin égoïste, introverti et socialement inadapté. Fin de la parenthèse.

Puisqu’ils existent, utilisons-les.

Comment? Et pour quoi faire ?

Je suis allé voir Wikipedia:
‘La première action et finalité des réseaux sociaux professionnels est de renseigner sa fiche personnelle sur le réseau, et d’indiquer ainsi que l’on existe professionnellement’

Être présent sur LinkedIn permet de montrer que l’on existe…
C’est sans doute bien triste: il faut avoir créé un profil virtuel pour démontrer sa propre existence. Il n’en reste pas moins que ce moyen permet de contrôler son image professionnelle et de définir ce que l’on veut que les autres perçoivent de nous, notamment notre offre de service (*).

Puis je suis retourné voir Wikipedia:
‘Cette mise en avant de son profil professionnel, régulièrement mise à jour, permet aux potentiels recruteurs de prospecter et recruter, privilégiant même les réseaux sociaux professionnels aux sites d’emploi’

… et je réalise soudain qu’il ne faut pas croire tout ce que l’on lit sur Wikipedia, car cela me semble une façon bien réductrice, voire simpliste de voir les choses.
Voilà donc un moyen d’être candidat sans en avoir l’air… pourquoi pas: il est certain que tous les chargés de recrutement et consultants des cabinets que je connais ont un profil sur LinkedIn, sur Viadeo (pour la France plutot), Xing (Allemagne), Goldenline (Pologne) et qu’ils les utilisent pour faire leur travail.
Mais attention: n’allez pas penser que les jobs vont vous pleuvoir sur la tête simplement parce que vous avez bien écrit votre profil! Personnellement en 6 ans, je me suis fait approcher moins de 10 fois par ce biais.

Je pense en fait qu’il ne faut pas confondre la fin et le moyen.
Je suis très bon en calcul mental, mais lorsque je ne veux pas me fatiguer, ou lorsque je veux aller vraiment vite, ou faire beaucoup d’opérations à la suite, ou enfin que je veux être certain de ne pas faire d’erreurs, je prends une machine à calculer.
De même, lorsque je veux prendre mon destin en main et trouver mon prochain emploi, j’utilise les réseaux sociaux.
Pour me renseigner sur les entreprises qui m’intéressent, leur actualité, leur organisation, leur vocabulaire, les membres qui la constituent.
Pour me donner des idées de parcours professionnel en voyant celui des autres.
Afin de découvrir davantage de sociétés qui travaillent dans un secteur donné.
Pour trouver les noms de personnes travaillant dans un secteur, une entreprise ou une fonction sur lesquels j’aimerais avoir davantage de connaissance.
Pour trouver le moyen de me rapprocher de ses personnes précisément.

Ces réseaux me sont utiles, il faut donc que je les utilise au mieux. En règle générale, cela veut dire compléter son profil jusqu’à avoir la visibilité idéale (100% de profil atteint, grâce aux photos, témoignages et recommandations…). Se mettre en relation avec un grand nombre d’autres individus sur le réseau car ainsi vous pouvez aller a travers eux où vous voulez et par la même on arrive à vous plus facilement si l’on peut y venir par de multiples voies (on estime qu’une centaine de contacts sont nécessaires). Sans pour autant tomber dans la collectionite: quel peut être l’intérêt de se lier à des individus que l’on ne connait pas et avec lesquels on n’a pas l’intention d’interagir?
En revanche, le fait d’être sur le net n’empêche pas de se comporter bien, derrière les profils il y a des êtres humains, parfois même des personnes venant d’autres cultures quand on prend les plus internationaux des réseaux. Je vous recommande réellement professionnalisme, politesse et courtoisie. Un exemple: si j’invite quelqu’un à faire partie de mes contacts, c’est que je le/la trouve important. Dans ce cas cette importance mérite sans doute que je lui écrive une dizaine de petits mots moi-même pour l’inviter, sans me contenter des phrases automatiquement générées par l’outil.
De la même façon, vous allez demander à des personnes de faire partie de votre réseau, il ne semble donc pas très logique ni même convivial de cacher ce réseau aux personnes qui ont accepté votre mise en relation…

Enfin je vous suggère de garder à l’esprit une évidence que la plupart des cadres que j’accompagne oublient de temps en temps. Il existe une vie en dehors de LinkedIn: vous avez besoin de parler parfois à des êtres humains qui ne sont pas sur les réseaux sociaux, cela ne doit pas représenter un obstacle insurmontable…

(*) pour plus sur l’offre de services lire les posts de la catégorie Networking

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire