pic2Une journaliste vient de prendre contact avec moi pour obtenir mon avis ‘d’expert’ et plutôt que de m’interviewer par téléphone comme ils l’avaient tous fait jusqu’alors, elle m’a posé 2 questions par mail et demandé d’y répondre à l’écrit. Elle s’occupera ensuite de faire le tri. Elle a raison de procéder ainsi, c’est moins fatigant pour elle si elle ne prend pas de notes et peut faire des copier/coller. Et c’est aussi plutôt bien pour moi car cela fait la matière d’un post pour mon blog.
Les questions sont: «comment rester performants et motivés lorsque l’on est au chômage?» et «Comment rebondir après un licenciement et ne pas tomber dans le désarroi?»

J’ai choisi d’apporter une réponse en six points. Les trois derniers, qui figurent ici sont des questions de méthodologie et de posture, ils traitent de l’approche technique de cette période délicate.

UNE SEULE POSTURE
Ceux qui parlent de vous, les média et l’administration disent: ‘les chercheurs d’emploi’. D’un point de vue économique comme d’un point de vue légal, c’est une erreur énorme et elle contribue à donner une image négative et assez passive. Nous sommes tous influencés par cette stupide erreur de sens, vous compris. Relevez le menton! En réalité, vous offrez vos services. C’est pourquoi un employeur va vous payez. Ce que vous faites vaut quelque chose, vous valez quelque chose!
Ne passez donc plus votre temps à demander aux entreprises quels sont leurs besoins, entreprenez de les convaincre que ce que vous avez à leur offrir va les aider. A être efficace, gagner du temps, faire de meilleures ventes, mieux contrôler leurs couts, fabriquer mieux, livrer plus vite… Si vous parvenez à vous convaincre que vous apportez quelque chose, alors il vous sera plus facile de les en persuader. C’est la clé de la réussite des entretiens, vous allez leur donner envie de se payer vos services. Et cela peut même dès le départ influencer positivement votre négociation de salaire finale…

UNE SEULE TECHNIQUE
Les entreprises ne communiquent pas systématiquement leurs besoins: elles n’ont pas toujours le temps, ni l’argent, ni même l’idée parfois… de passer une annonce, de demander à une société d’intérim ou un cabinet de recrutement de leur trouver des collaborateurs. Cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas prêtes à accepter vos services, cela veut surtout dire qu’elles ne savent pas que vous existez, ni ce que vous offrez!
Vous devez entrer dans une démarche de prospection et aller présenter vos services, proposez-vous. Pourquoi les vendeurs dans les magasins viennent-ils vers vous alors que vous ne leur avez rien demandée? Pourquoi la vente téléphonique existe-t-elle? Pourquoi recevez vous des catalogues et prospectus dans votre boite aux lettres? Pour créer le besoin… faites pareil! Autrement dit il vous faut aller directement trouver celui/celle qui peut décider d’acheter vos services et les lui proposer. Regardez les annonces et répondez-y bien entendu, mais cela ne doit pas vous prendre plus de 10% du temps que vous consacrez à votre recherche.

SOYEZ EFFICACES
La quantité d’actions que vous allez entreprendre aura une influence directe sur votre efficacité et vos résultats. En revanche il s’agit de procéder avec intelligence et de ne pas s’enfermer dans des voies sans issue. Rien ne sert d’envoyer 2000 lettres de candidatures spontanées d’un seul coup. SI vous tenez réellement à envoyer des spontanées, faites un test avec un petit nombre pour voir si elles font mouche avant de vous lancer dans une grande campagne et d’être démotivés par l’absence de retour!
Cela dit LA méthode pour être efficace en transition, c’est de prendre de l’information par une démarche réseau. Cela sert autant à se renseigner sur les entreprises qui sont en forme sur une zone donnée, qu’à obtenir le nom de son potentiel futur patron. Cela permet de découvrir quelles sont les banques qui prêtent aux créateurs d’entreprise comme de trouver des partenaires, des clients, des fournisseurs. C’est une démarche simple et somme toute naturelle, c’est celle que l’on utilise majoritairement pour trouver un bon garagiste, un bon restaurant… Tout le monde a du réseau, à moins de vivre dans une caverne, de n’avoir jamais eu de collègues de travail, ni d’amis.
Commencez déjà par recenser toutes les personnes que vous avez croisées dans votre vie professionnelle et passez 10 minutes au téléphone avec un certain nombre d’entre elles pour leur expliquer votre offre de services et vos projets.
C’est ainsi que vous obtiendrez des informations, des recommandations et des prescriptions. Vous pourrez alors ouvrir des portes grâce aux mises en relation qui en découleront…

Finalement tout cela fait à la fois un bon résumé et un point d’entrée à notre approche, je vais sans doute les donner à lire en préalable à toutes les personnes qui nous sollicitent, Danièle et moi, pour un accompagnement. En mars, je vous donnerai le lien pour l’article web de Ouest France pour que nous puissions comparer le matériel initial et le résultat final.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire