La Quete

La quête du boulot de vos rêves, doit être le moteur de votre nouvelle recherche. Toute transition professionnelle est, dans les faits, une occasion pour aller chercher quelque chose de meilleur.
Il faut avoir une aspiration, quelque chose qui motive suffisamment pour affronter l’épreuve de la transition – plutôt ardue, assez épuisante, et pour la plupart d’entre vous pas franchement dans votre nature – avec efficacité et une motivation constamment renouvelée.
Bien entendu je ne vous incite pas à l’impossible, il faudra rester réaliste. Cela dit, à de très faibles exceptions, vous ne connaissez pas la réalité des marchés qui vous intéressent; allez donc sonder ces marchés par vous même.

Ceux qui retrouvent instantanément un job après en avoir quitté un, ont souvent seulement eu peur du vide et sauté sur la première occasion. De ce fait la plupart se sont mis dans une situation peu intéressante au final pour eux, et ont somme toute seulement retardé le fait de faire une vraie recherche.
Ne procrastinez pas: lancez-vous dans votre quête tout de suite!

Il faut se donner un but
Le job que vous venez de quitter n’était pas parfait, même si vous vous y sentiez bien. A la réflexion vous aimeriez bien pouvoir en gommer certaines composantes; a contrario certaines attributions vous manquaient. Vous aviez peut-être dans votre viseur une autre fonction à court ou moyen terme? Vous vous êtes souvent posé la question de changer d’orientation, de vous mettre à votre propre compte, voire de racheter un business? Profitez-en !
Mais le changement n’est possible que s’il se définit. C’est la différence entre les souhaits et projets de l’adulte et la rébellion de l’adolescent. « je veux faire autre chose » ne signifie pas « je veux faire cela ».
C’est la raison pour laquelle tous les outplacements que nous réalisons commencent par une phase de discussion à bâtons rompus et que nous nous attachons à formuler en quelques sessions un projet. Pas un projet de vie, ni même un projet de carrière, mais un projet de recherche.

Il faut se donner des indicateurs
Allons plus loin: vous souhaitez explorer une ou plusieurs options que vous savez maintenant définir, il vous faut donc décider du temps que vous aller allouer à chacune des composantes de votre recherche.
C’est le moment où il vous faudra discuter avec des professionnels: les plus intéressants sont les spécialistes de marché, non les consultants en outplacement auxquels on ne peut pas demander de connaître tous les marchés. Un spécialiste de marché, est quelqu’un que son activité professionnelle amène à connaître tous les acteurs d’un secteur. Ce peut être un analyste de marché, quelqu’un qui vend quelque chose aux différents acteurs de ce secteur. Toujours est-il qu’ils vous permettront de vous représenter la complexité du secteur: est-il atomisé, ou très concentré? Cela vous donnera une idée très concrète du nombre de sociétés avec lesquelles vous devrez établir des contacts. Veuillez noter que je n’ai pas écrit « ce que vous aller percevoir au travers des annonces révèle la réalité du marché »!!
Vous pourrez en déduire naturellement des indicateurs pour vous permettre de penser raisonnablement que vous en avez fait assez, en savez suffisamment, afin de décider de continuer ou de passer à autre chose, soit parce que ce n’est pas aussi intéressant qu’escompté, soit parce que vous voulez comparer.

le compromis n’est pas le renoncement
De tous ces contacts que vous prendrez finira par se dresser un portrait robot du job auquel réellement vous pouvez prétendre, en fonction de ce que vous êtes et avez fait et de la réalité du marché.
J’ai souvent travaillé avec de jeunes hommes et femmes brillants qui cherchaient de premiers vrais postes de management à fortes responsabilités. Dans la plupart des cas, après avoir sondé les marchés, ils ont convenu d’intégrer sur des postes « tremplin » la société qui leur permettait le plus de progresser au fil du temps. Et pour les cas les plus anciens déjà, ils ont tous obtenu une progression rapide une fois en place. De même, les cadres que j’accompagne et qui sont sous-payés ne corrigent pas le tir en un seul coup, et passe plutôt de 1 à 1,2 qu’à 1,4 directement au moment de l’embauche…

Ayez les yeux fixés sur l’horizon, même lointain, que vous souhaitez rejoindre: il vous faut savoir où vous allez. N’oubliez cependant pas de regarder le sol régulièrement pour bien voir où vous mettez les pieds.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire