David Servan-SchreiberLe 24 juillet, David Servan-Schreiber est décédé.
Je suis triste: cet homme a eu un impact réel sur ma vie. Lire ses livre a changé beaucoup de choses, dans mon hygiène de vie, et dans la façon dont j’ai décidé de mes priorités. Je n’ai d’ailleurs pas fini d’assimiler son enseignement. Mais ce n’est pas l’objet de cet article.

Au-delà du simple hommage qu’il m’a semblé nécessaire de lui rendre, je voulais également reprendre les points de son exposé qui m’ont le plus apporté. Que cela ne vous dispense pas de lire ses livres…

– Quelle que soit la situation, sa noirceur, son irréversibilité, il n’existe pas de fatalité. Il est toujours possible de faire quelque chose pour faire évoluer les choses dans un sens positif pour nous. Cela demande du courage, du travail. Et d’établir des routines.

– Il ne faut pas se contenter de ce qui nous est donné par la société de consommation et aller chercher un peu plus loin, après avoir fait la démarche de définir ce que l’on veut, ce qui est bon pour nous.

– Le stress est notre ennemi, si notre mode de vie ne peut se départir d’une dose de celui-ci, il convient de le compenser et d’aider nos corps à se débarrasser des effets négatifs et des traces qu’il y laisse.

– Il est important d’aller au devant des autres, tous les autres, et de dire à ceux qui comptent, qu’ils sont importants pour nous.

Rien que de très simple en somme. Trop simple disent ses détracteurs. Mais puisque c’est simple, il ne devrait pas nous être trop ardu de mettre ces principes en application, n’est-ce pas? Quel que soit le sujet: dans la façon de mener sa vie, dans celle de conduire sa transition professionnelle, en s’évertuant a être un manager responsable…

J’aurais aimé être médecin et guérir les gens, j’aurais aimé être psychiatre et les soulager, mais cela n’a pas eu lieu. Rien ne m’empêche en revanche d’aider un peu mon prochain en partageant ce que je sais et ce que j’ai appris, c’est finalement l’objet – toutes proportions gardées et avec beaucoup d’humilité – de ce blog.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire